la VRC

Une nouvelle rubrique sur le site. Il est bien normal de parler de Voile Radio Commandée quand on sait le nombre de pratiquants réguliers ou occasionnels que nous avons au club.
Cette page est à vous. Elle est à construire. Photos, technique,construction, régate, liens... Donner moi vos idées et j'organiserai tout ça..

Philippe

DES LIENS

http://navi.modelisme.com/
www.classe1metre.org/
http://classe1m.ipbhost.com/
www.pgmodelisme.com
www.cap-maquettes.com
http://www.hobbyking.com/

Résultats régates du challenge de Ligue 22/03/2015

les résultats
résultats vrc 22/03/2015

Construction d'un voilier VRC IOM

Fort de quelques connaissances acquises laborieusement et avec les conseils avisés d'André Dunac et Jean Claude Lajous, je me suis décidé pour la construction intégrale d'un voilier IOM à la jauge. D'autres membres du club m'ont également poussé à faire une rubrique technique.
En matière d'architecture navale je n'ai pas de prétention et surtout pas celle d'en savoir beaucoup. Mais cette construction me permet d'appliquer et de vérifier ce que j'apprends au fur et à mesure. Un voilier d'un mètre se comportant déjà comme un grand.

Depuis plusieurs années, je m'amuse avec le logiciel de dessin naval  DELFTship. Celui ci est assez intuitif et on peut pousser assez loin la version gratuite avec quelques connaissances théoriques. Je recommande également  la lecture de "Architecture navale" de Dominique PRESLES et Dominique Paulet (éditions de la Villette). Attention pavé de 485 pages mais seuls quelques chapitres sont vraiment utiles pour ce qu'on veut faire. Le cours des Glénans constitue une base simple mais insuffisante pour prétendre dessiner un voilier.

Dans le cas présent j'ai tout d'abord étudié la jauge IOM (voir site). Avec l'aide d'André j'ai conçu une carène à bouchain (plus facile à construire). Le logiciel naval permet de dessiner la carène, le pont, les appendices. Il calcule le centre de gravité, centre de carène et centre de dérive, déplacement, ligne de flottaison, surface mouillée entre autres. Tous ces éléments se combinent entre eux pour déterminer un comportement au navire.

Voici quelques images pour illustrer mes propos.





CARACTERISTIQUES
Voici pour les données théoriques succintes.
Dans la suite j'aborderai la construction proprement dite.

choix architecturaux

Quelle forme donner à la carène ?
La jauge impose des contraintes :
longueur maxi 1m
poids mini total naviguant : 4kg
profondeur de coque maxi à la ligne de flottaison : 6cm
matériaux : pas de carbone ni de fibres exotiques, pas de mousse pour un sandwich.
un seul safran, dérive démontable.
tirant d'eau maxi : 42cm
poids du lest avec la dérive : 2.5kg maxi

J'ai construit auparavant une maquette d'un micro 5.5m au 1/10ème. C'est une carène en forme qui demande préforme, moule et pièce finale. Je voulais gagner du temps et surtout faire du sandwich avec l'IOM. D'où mon choix d'une carène à double bouchains. D'abord parce que c'est aussi beau et que ça navigue bien et ensuite parce que je peux faire un sandwich verrre/balsa/résine polyester. C'est léger et très rigide. Je peux ainsi faire une construction sur des couples et j'évite le moule.

Pour la forme générale.
J'ai observé pas mal de VRC et on constate qu'en régate ces voiliers font surtout du près et du vent arrière avec les voiles en ciseaux.
La plupart des carènes sont fines avec des couples semi-circulaires (surface mouillée minimale). Ca rappelle les anciens bateaux de la coupe de l'América.
Mais comme ma démarche est iconoclaste, je pars sur un bateau large ( 26cm) avec du volume à l'avant pour passer le clapot par vent arrière sans enfourner, une hauteur de coque immergée à plat de 5cm. Le bouchain est marqué pour augmenter l'effet anti-dérive. Je suis plus sur un bateau actuel dont le déplacement latéral du centre de carène à la gite augmente la puissance de rappel.
J'ai constaté également que bien des VRC sont bas sur l'eau. C'est bien pour le fardage, moins bien à la gite car l'eau est vite sur le pont ne favorisant pas les écoulements laminaires. J'ai donc fait des murailles plus hautes.

Enfin, l'emplanture de mat demande de la réflexion. En avant cela favorise la tenue du cap du navire grâce à un centre vélique bien en avant du centre de gravité. Le bateau est tiré. Par contre en vent arrière cela favorise l'enfournement. En arrière, le bateau est plus à plat mais risque de quitter son cap plus facilement. L'accord entre le centre vélique et le centre de dérive détermine si un voilier est ardent ou mou. On le calcule facilement en faisant un schéma. si on recule le mat, on recule aussi la dérive. Sur un VRC on n'est pas dessus pour sentir si le bateau loffe ou abat, il vaut mieux qu'il ait une bonne tenue de cap. J'ai choisi de placer le mat à 52 cm de l'arrière du bateau est à 8cm en avant du centre de gravité. On verra si les équilibres sont corrects lors de la mise au point sur l'eau. On peut toujours modifier la dérive et le safran. "Chaque coup de barre et un coup de frein"




Photos du micro 5.5 en cours de réalisation pour illustration d'une construction sur couple. Ici c'est la préforme et ensuite on voit le moule et le proto. La dernière image dans le tonneau permet de vérifier si le modèle est bien dans ses lignes d'eau.
Et ça marche ! Je n'ai pas fait de photos lors de la réalisation de l'IOM

La suite de la construction


C'est un fichier. Bonne lecture.


vrc 1m description.doc


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : mercredi 19 juillet 2017